JEAN-CHRISTIAN LEROY

Merci d’avoir accepté de passer quelques instants à explorer mes galeries de photos.

Voici un bref aperçu de ce que vous pourrez trouver.

LES GALERIES

Ces galeries sont organisées par lieu dans lesquels les photos ont été prises.

Celles-ci ont été récoltées au gré de déambulations ou randonnées. Elles sont plus liées à l’endroit où je les ai prises qu’à un style ou un type de prise de vue, d’où ce classement.

VINCENNES
LISBONNE
PARIS
HAUTE-MAURIENNE
MARSEILLE
Autres coins de France

Ce sont des études, des recherches photographiques sur un thème comme le flou ou autour d’une idée.

Les travaux

Rien ici n’est vraiment achevé. je voulais simplement partager des réflexions photographiques autour de plusieurs approches, inspirées par les maîtres de la photographie.

LE FLOU
LES REFLETS
GEOMETRIE & COULEURS
BAIGNADE

Qui suis-je ?

JEAN-CHRISTIAN LEROY

Je suis né en 1962 à Marseille, dans cette ville de couleurs et de contrastes. Jeune adulte, avant d’entreprendre des études informatiques, je rêvais de peinture mais sans être doué pour cette discipline. Alors, la photographie m’a permis d’étancher ma soif d’art et j’ai monté mon premier labo photos dans un placard de ma chambre.A l’époque, le noir et blanc était mon credo.

Puis, la réalité a pris le pas sur mes rêves d’artiste, et je suis parti poursuivre mes études à Grenoble pour enfin travailler à Paris. Et je n’ai plus retrouvé ni le temps ni l’espace pour remonter un labo. L’argentique exigeait trop.

A Paris, je découvre le théâtre. Et finalement, je démissionne de ma profession d’informaticien pour devenir comédien. Je crée une troupe avec mes amis théâtreux, je me mets à la mise en scène et j’anime des ateliers. Je retrouve ce plaisir, ce besoin de parler, de partager ma vision du monde qui m’entoure, et parfois m’oppresse. Mais la photographie ne resurgit pas encore ; elle reste utilitaire. C’est au cours d’un voyage à New-York que le choc s’est produit, là, immergé, noyé dans les images de Scorcese, de Woody Allen. Il me fallait retrouver cet impérieux plaisir de montrer ce que je voyais, comment je le voyais.

Depuis, je me suis rendu compte combien il était vital pour moi d’exorciser cette peur du réel en l’explorant au travers de l’imaginaire et de partager cette vision pour n’être pas seul.

Derniers articles
du Blog

Articles récents
Fermer le menu